Document Type

Book Chapter

Publication Date

2014

Source Publication

Doagoo, B. Courtney, Mistrale Goudreau, and Madelaine Saginur, eds. Intellectual Property for the 21st Century. Toronto, ON: Irwin Law, 2014.

Keywords

Copyright; musical works; infringement; substantial similarity; recognizability; public domain; independent creation; ordinary lay listener; expert evidence; music theory; interdisciplinarity

Abstract

This chapter offers a critical analysis of copyright law that integrates insights from music. The authors argue that the unique qualities of musical works magnify the mismatch between creative practices and copyright doctrine, and suggest that an interdisciplinary analysis can shine a revealing light on both the problem and potential paths to improvement. Beginning with an overview of copyright doctrine in Canada in respect of musical works and music infringement claims, the authors then borrow analytical concepts from the discipline of music theory to problematize copyright’s “reasonable listener” test for determining substantial copying. Using a specially-designed musical composition, the authors illustrate how and why this test may fail to perform its necessary role in the infringement analysis. The authors conclude by identifying some ways in which the legal analysis could be improved, including a more extensive use of both expert and survey evidence, and greater consideration of the accepted norms and practices of the relevant creative community. The overarching aim of this chapter is to demonstrate the importance of bringing the insights from musical and other creative disciplines to bear on the law of copyright, so that it might more accurately reflect the very practices it is meant to encourage.

French Abstract

Ce chapitre présente une analyse critique du droit d’auteur qui intègre des perspectives de la musique. Les auteurs soutiennent que les qualités uniques des oeuvres musicales amplifient la dissonance entre les pratiques créatives et la doctrine du droit d’auteur, et estiment qu’une analyse interdisciplinaire peut jeter de la lumière tant sur le problème que sur des pistes potentielles d’amélioration. Commençant d’abord par une vue d’ensemble de la doctrine du droit d’auteur sur les oeuvres musicales et des actions en contrefaçon de la musique au Canada, les auteurs empruntent ensuite des concepts analytiques de la théorie musicale pour problématiser le test de « l’auditeur raisonnable » du droit d’auteur comme déterminant du copiage substantiel. En utilisant une composition musicale spécialement créée pour l’article, les auteurs illustrent comment et pourquoi ce test peut échouer dans son rôle lors d’une analyse de contrefaçon. Les auteurs concluent en identifiant certains moyens par lesquels l’analyse juridique pourrait être améliorée, notamment par l’utilisation plus extensive de preuves provenant d’experts et de survols académiques, et avec une plus grande prise en considération des normes et pratiques acceptées par la communauté créative touchée. Le but principal de ce chapitre est donc de démontrer l’apport important de la musique et d’autres disciplines créatives au droit d’auteur, de sorte qu’il puisse mieux refléter les pratiques que ce droit vise justement à encourager.

Comments

This was previously published as a paper in the Osgoode Legal Studies Research Paper series.

Catalogue Record

Click here to access the catalogue record for this item.

Share

COinS