•  
  •  
 

Osgoode Hall Law Journal

Authors

Stephen Meili

Keywords

Refugees--Legal status, laws, etc.; Treaties--Interpretation and construction; International and municipal law; Canada

Document Type

Article

Abstract

This article supports a new theoretical approach to the utilization of human rights treaties in refugee status adjudications in domestic courts. The existing literature on treaty effectiveness is divided between several optimistic and pessimistic perspectives, none of which adequately predict the circumstances under which domestic courts in Canada reference treaties in ways that help refugees obtain relief. This new theoretical approach adds to the literature on treaty effectiveness in the litigation context by suggesting that the extent to which Canadian domestic courts reference treaties in ways that help refugees depends on several factors, including the manner in which those treaties are integrated into domestic law. It also demonstrates that invoking human rights treaties indiscriminately can be detrimental to the interests of refugees, as it can create the impression that the refugee’s lawyer is desperate.

French Abstract

Cet article propose une nouvelle approche théorique sur l’utilisation des traités relatifs aux droits de la personne dans les décisions des tribunaux nationaux sur le statut de réfugié. La documentation actuelle sur la validité des traités fait état de nombreux points de vue, tant optimistes que pessimistes, dont aucun ne prédit adéquatement les modalités selon lesquelles les tribunaux nationaux du Canada peuvent s’appuyer sur ces traités de manière à permettre aux refugiés d’obtenir un recours. Cette nouvelle approche théorique vient s’ajouter à la documentation sur la validité des traités dans le contexte des litiges en suggérant que les modalités selon lesquelles les tribunaux nationaux du Canada peuvent s’appuyer sur ces traités de manière à venir en aide aux réfugiés dépendent de nombreux facteurs, en particulier de la manière dont ces traités sont intégrés au droit canadien. Elle démontre également qu’invoquer sans discernement les traités relatifs aux droits de la personne peut nuire aux intérêts des réfugiés en donnant l’impression que l’avocat du réfugié est à court d’arguments.

Creative Commons License

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 4.0 License.

Share

COinS