•  
  •  
 

Osgoode Hall Law Journal

Keywords

Discrimination in juvenile justice administration; School discipline--Law and legislation; Equality before the law; Toronto; Ontario. Safe Schools Act

Document Type

Article

Abstract

Access to justice is often equated with access to institutionalized dispute resolution processes, and the objective barriers that hinder such access-costs and delay most particularly-are commonly identified as the primary objects of reform efforts. In sharp contrast, when interviews and focus groups were conducted with racialized youths in Toronto regarding their experiences of access to justice in the context of school disciplinary matters, accounts of access to dispute resolution processes being impeded by costs and delay did not figure prominently. The interviews and focus groups revealed that many racialized youths scarcely ever considered accessing institutionalized dispute resolution processes largely because they lacked information that would enable them to "name" a potential legal problem, believed that "blaming" a powerful state actor was futile or would provoke retaliation, and had a deep skepticism regarding the ability of the legal system to dispense justice when "claims" are made. For the youths, understanding (as opposed to stereotyping), mutual respect, second chances, and the rule of law were the key features of access to justice.

French Abstract

On assimile souvent l'accès à la justice à l'accès aux processus institutionnalisés de résolution des différends. En outre, on désigne communément les barrières objectives qui entravent cet accès - le plus particulièrement, les coûts et les délais - comme les principaux objets des efforts de réforme. En opposition flagrante, lorsqu'on avait organisé à Toronto des entrevues et des groupes de discussion auprès de jeunes appartenant à diverses ethnies au sujet de leur expérience avec l'accès à la justice dans le contexte de problèmes disciplinaires à l'école, les récits d'accès aux processus de résolution des différends bloqués par les coûts et les délais ne figuraient pas de manière prédominante. Les entrevues et les groupes de discussion ont révélé que de nombreux jeunes appartenant à diverses ethnies ont rarement même songé à accéder à des processus institutionnalisés de résolution de différends, surtout parce qu'ils n'avaient pas l'information qui leur permettrait de « nommer » un problème juridique potentiel, qu'ils étaient persuadés que critiquer un joueur gouvernemental puissant était futile ou provoquerait des représailles, et qu'ils éprouvaient un scepticisme profondément ancré concernant la capacité du système juridique à administrer la justice en présence de « revendications » formulées. Pour les jeunes, la compréhension (plutôt que le recours à des stéréotypes), le respect mutuel, les secondes chances et le rôle du droit représentaient les principaux traits de l'accès à la justice.

Included in

Juvenile Law Commons

Share

COinS