•  
  •  
 

Osgoode Hall Law Journal

Document Type

Article

Abstract

Do women see the world in a way that is peculiar to them, that is, differently from the perceptions of men? In view of the decision of the Supreme Court of Canada in Gould v. Yukon Order of Pioneers, this question raises a highly pertinent issue. In Gould, where the subject of litigation was the interpretation of the human rights legislation of the Yukon, the Court was divided according to the gender of the judges. Only the female judges, in dissent, addressed the problem in terms of power, vulnerability, and equality, while the male judges adhered to a strict approach to statutory construction. On the basis of this decision, as well as the decision in Symes, it would appear that, as long as the reality experienced by women diverges from the reality of men, and women continue to be a minority in the judiciary, a feminine vision of equality will remain just that: simply a vision.

French Abstract

Est-ce que les femmes voient d'une façon spécifique, c'est-à-dire autrement que les hommes, le monde et ce qui s'y passe? Cette question est des plus pertinentes à la lumière de la décision de la Cour suprême du Canada dans Gould c. Yukon Or der of Pioneers. Dans cette cause, dont l'object en litige était l'interprétation de la Loi sur les droits de la personne du Yukon, la Cour s'est partagée en fonction du sexe des juges. Seuls les juges féminins, en dissidence, ont abordé le problème en termes de pouvoir, de vulnérabilité et d'égalité, alors que les juges masculins s'en sont tenus à une approche textuelle stricte. Il ressort de cette décision, ainsi que de celle de Symes, que tant que "expérience de la réalité vécue par les femmes divergera de celle des hommes, et tant que les femmes seront minoritaires à la magistrature, la vision féminine de l'égalité continuera de n'être que cela: une simple vision.

Share

COinS