•  
  •  
 

Journal of Law and Social Policy

Authors

Ruth Carey

Keywords

Legal assistance to the poor -- Ontario; Abused women -- Ontario

Document Type

Article

French Abstract

En 1990, la Société d'aide juridique de l'Université d'Ottawa a créé une section pour les femmes afin d'offrir des services aux femmes victimes de violence perpétrée par des hommes. Le projet de création de la section comportait une politique selon laquelle la cellule criminelle s'occuperait uniquement des cas où les agresseurs ne connaissaient pas leur victime auparavant. Le barreau local de la défense s'est plaint auprès du Barreau du Haut-Canada en lui demandant de vérifier si cette politique n'enfreind aucun des règlements relatifs au fonctionnement des sociétés estudiantines d'aide juridique ou au code de déontologie. L'auteur, étudiante membre de la SAJUO à l'époque où la controverse a commencé, considère que la réaction du barreau à l'égard de cette politique est le reflet d'un misogynisme certain et d'un manque de compréhension du rôle que jouent les cliniques au sein du réseau des cliniques juridiques de l'Ontario.

Share

COinS