•  
  •  
 

Journal of Law and Social Policy

Authors

Michael Blazer

Keywords

Pro bono publico legal services; Sociological jurisprudence

Document Type

Article

French Abstract

La loi peut être le gardien du statu quo ou le moyen d'imposer des changements sociaux en mettant légitimement en question le statu quo. Les cliniques juridiques offrent l'occasion de réaliser la réforme du droit. Néanmoins, la théorie sociale, particulièrement la théorie marxiste, suggère que n'importe quel changement social au niveau juridique n'est que superficiel et laisse intact l'injustice de la structure économique sous-jacente de la société. Le cruel dilemme pour les mouvements sociaux, y compris les cliniques juridiques, est celui-ci: tout ce qu'on fait au niveau superficiel (par exemple, l'étude des dossiers ou les activités visant la réforme du droit) n'a aucune importance; les mouvements n'ont ni le pouvoir ni les ressources nécessaires pour changer la structure sous-jacente de la société et ne peut donc rien changer. L'auteur examine la croissance des cliniques juridiques en Ontario et suggère que les cliniques peuvent éviter le dilemme en se concentrant sur le présent, enjoignant la fin et les moyens et en renforçant les conseils d'administration autonomes élus par les collectivités locales plutôt qu'en cherchant à allier la théorie à la réalité. C'est en développant des conseils d'administration autonomes que les cliniques peuvent atteindre leur but de pourvoir aux besoins des personnes à bas revenu. Les buts de plus de démocratie, de plus d'égalité, et d'une réduction de la hiérarchie et de la dépendance sont reflétés dans l'organisation et les rapports mis en oeuvre pour réaliser ces buts. La fin s'allie aux moyens permettant la création d'une base de pouvoir populaire susceptible de changer la société.

Share

COinS