•  
  •  
 

Journal of Law and Social Policy

Authors

Sarah Buhler

Document Type

Article

English Abstract

For many members of marginalized communities, law is all too often an author of oppression, and the justice system is a site not of justice but of threat and harm. Yet most access to justice projects in Canada devote themselves to the task of rendering law and the justice system more available to the public without a serious consideration of these critical and troubling community-held insights. In this article, I draw on qualitative interviews conducted with community members in Saskatoon and the literature on law’s violence to argue that those who are concerned about access to justice must come to terms with harms done through law and legal processes upon members of marginalized communities. This requires a commitment by those working within the justice system to take seriously the perspectives and experiences of members of marginalized communities who are affected by law and justice systems, and to engage non-defensively with these insights. I argue that this engagement may lead to new ways of thinking about, and engaging with, access to justice. Specifically, I propose that it may lead to a de-emphasis on the current focus on “access” and a renewed emphasis on learning with and from communities about what it would take to move towards justice.

French Abstract

Pour plusieurs membres de communautés marginalisées, le droit est trop souvent une source d’oppression. Le système de justice représente une menace et une source de préjudice plutôt qu’un lieu de justice. La plupart des projets d’accès à la justice au Canada se concentrent pourtant sur la tâche de rendre le droit et le système de justice disponible au public, sans véritablement tenir compte des perspectives critiques et troublantes de ces communautés. Dans cet article, je me fonde sur des entrevues qualitatives avec des membres de la communauté de Saskatoon et sur la littérature sur la violence du droit. J’avance que ceux et celles qui se préoccupent de l’accès à la justice doivent confronter les préjudices causés par le droit et les procédures juridiques aux membres de communautés marginalisées. Cela exige que les personnes qui travaillent dans le système de justice s’engagent à prendre au sérieux, et sans se mettre sur la défensive, les perspectives et les expériences des membres de communautés marginalisées affectés par les systèmes juridiques et de justice. J’estime que cet engagement doit mener à de nouvelles façons de penser à l’accès à la justice et à s’engager vers celle-ci. Plus particulièrement, je maintiens que cet engagement peut mener à mettre l’emphase, non pas sur la notion d’« accès » à la justice, mais plutôt sur le fait d’apprendre de ces communautés et en collaboration avec celles-ci, pour mieux comprendre ce que nous devons faire pour aller vers la justice.

Included in

Law Commons

Share

COinS